10 juin

Nouveaux défis SEO Knowledge graph de Google

Google knowledge graph par Mohammed ALAMILe lancement de Google knowledge graph a été précédée par son annonce sur Mashable au mois de Février dernier, le Wall Street Journal lui avait aussi consacré un long billet au mois de Mars, et moi-même j’y ai contribué ici et . Son  déploiement aux USA a permis aux les visiteurs de voir déjà des suggestions sur leurs pages résultats. Autant dire que le SEO knowledge graph est une

Marie curie vue par le knowledge graph

SEO Knowledge Graph: Kezako

Mais on est loin d’atteindre le web sémantique qui est une notion beaucoup plus complexe et suppose l’interaction de plusieurs acteurs,
Cela peut sembler décalé mais Google avait déjà fait des tentatives via sa fonctionnalité Google Squared ou Google Direct Answers mais plus sérieusement la roue magique.

Déjà en 2008, Microsoft achetait Powerset pour développer la capacité d’analyse sémantique de son moteur et avant, c’était Yahoo! qui lançait Searchmonkey plateforme ouverte aux développeurs, dans un effort de présenter des résultats enrichis.

2009 aura marqué un tournant puisque Google a déclaré cette année au mois de Mai qu’il supportait à son tour les syntaxes de marquage sémantique RDFa et Microformats, 3 années plus tard par rapport à Microsoft et Yahoo! Ces intégrations alors prometteuses ont fait l’objet d’une présentation que j’ai donnée la même année à l’université de Montréal, dans le cadre de ma maîtrise en commerce électronique. Je me permets donc de me citer :

« Il devient intéressant de créer son profil FOAF en utilisant RDF, de l’intégrer dans son site ou blog et de faire un lien vers son compte Twitter.« 

FOAF (Friend Of A Friend) est une ontologie (modèle de données), basée sur le langage RDF, destinée à représenter des personnes, leurs affiliations, leur relations de façon simple. Foaf est utilisé par le réseau canadien Identi.ca et le fameux service FriendFeed, première acquisition notable de Facebook en Aout 2009. Aujourd’hui son utilisation est beaucoup plus large.

Google Knowledge Graph c’est cela; le fruit d’années de compilation de résultats et de réactions utilisateurs, l’exploitation de sources d’informations déjà structurées comme sur Wikipedia, Freebase, Imdb et bien d’autres En plus de tous les concepts qu’il a pu collecter via les différentes pages marquées alors via Microformats, RDFa ou plus récemment Schema.
La couche sociale vient donner du sens à toutes ces relation, d’où l’intérêt de Google d’accroitre l’adoption de son Google Plus. Les données en ligne sont alors reliées entre elles via des schémas qui reposent sur des langages standards reposant sur RDF langage du web sémantique.

Dans son initiative de recherche sémantique, Google s’appuie sur des bases de données comprenant Freebase qu’il a rachetée en 2010, en plus de Wikipedia et d’autres sources dont les services de renseignements américains. Google vient en plus d’investir dans Wikidata, une initiative des membres fondateurs de Wikipedia pour créer une base de données  structurées extraites de la fameuse encyclopédie qui seraient exploitables par l’homme et la machine.

Dans ce nouveau modèle, et dans une perspective de référencement SEO la sur utilisation des  mots/expressions clés peut nuire : quand on voit les changements effectués dans l’algorithme au mois d’Avril, on se rend compte que le sens sémantique importera plus que les mots pris individuellement.  Avec le knowledge graph, il faudra plus travailler la base des synonymes et leurs contextes.
De même, Google n’a eu de cesse d’insister sur l’aspect fraîcheur, avec cette évolution, il  a les armes en main puisqu’il peut s’appuyer sur les connexions sociales et la compréhension des concepts même nouveaux. Il va sans dire qu’il tentera d’exploiter l’enthousiasme actuel pour la recherche en temps réel. Pour en juger, on peut recenser les changements effectués au mois de mai 2012 où parmi les 39 items, 4 sont destinés aux contenus frais.

knowledge graph est destiné également pour les mobiles et tablettes et cela a fait l’objet d’un billet distinct de la part de Google. Il devient donc nécessaire d’avoir une  stratégie mobile unique. Il est intéressant de noter à ce sujet la dernière recommendation de Google d’utiliser le responsive design, ce qui contredit ses précédantes éclarations.
Le mobile va avec le local dans cette tendance SOLOMO en plus du social. Google vient de transformer son service Google Maps en l’intégrant définitivement au sein de son réseau social Google plus pour devenir Google+ local. Avec ce changement notoire Google local nous embarque forcément dans le social.
Google n’a jamais caché son ambition de faire de Google plus un répertoire de personnes qui pourrait recenser leurs identités, leurs informations, leurs réseaux et leurs activités. Avec le knowledge graph, Google pourra utiliser ces interconnexions pour donner du crédit aux contenus en ligne selon l’interaction du chercheur avec. L’activité sociale devient donc stratégique comme le démontre la dernière étude de search metrics.

search metrics seo smo study June 2012

Un autre aspect du web sémantique, c’est le succès du tag Auteur. L’étude de Searchmetrics révélait que 17% des SERPs contenaient désormais des pages avec des tags Author. Je vous suggère de lire le billet des tests effectués par David Degrelle à ce sujet.
Mais le côté noir, c’est la rétention des utilisateurs sur les SERPs de Google. Il s’agit de l’aspect le plus décrié par la communauté de référencement SEO. Si la menace est réelle, il existe des voies de sortie comme l’utilisation de l’attribut NOSNIPPET par exemple si on ne souhaite pas de description affichée sur les SERPs. Il faudra faire de la veille SEO…
Maintenant pour les marketeurs, ils doivent penser à diversifier les sources de trafic. Bing vient d’annoncer son partenariat avec Britannica comme base de données et dispose de Wolfram-alpha pour la questionner. Bing serait une place intéressante à scruter…

bing wolfram alpha britannica

Ils devraient eessayer les autres formes de publicité proposées par Google qui cherche à étendre son réseau d’affichage. Le knowledge graph devrait influer sur les résultats de recherche payante. Par exemple, si Google sait qu’une personne recherchant un film serait probablement intéressée par un autre, il pourrait lui servir une annonce de celui-ci pour éveiller son intérêt. En outre, Google a déjà procédé au changement sur Adwords des types de correspondance exacte pour intégrer les mots avec fautes d’orthographe, singulier / pluriel, acronymes, abréviations…etc. Google a également ouvert sa plateforme pour l’achat aux enchères d’espaces sur son réseau display  de la même manière que le PPC…
Une autre voie à explorer également, ce sont les bases de données structurées. Nous savons que Wikipedia et Freebase alimentent le Knowledge graph de Google, alors il faut y être. Si Wikipedia met des barrières à l’entrée, Freebase est ouverte mais rappelez vous que ce n’est pas tant le profil qui compte mais bien les faits concernant le profil comme une discussion à son sujet.
Le Linkbuilding devrait être revisité. Le knowledge graph pourra donner de manière plus précise le poids adéquat à chaque lien ainsi obtenu grâce à sa connaissance du contenu, des relations entre personnes, organisations… Il est conseillé de ne faire des liens sortants que vers des pages relatives à son contenu, et de promouvoir le Linbait et les citations.

Social graph link graph knowledge graphEnfin, la présence de Mark up sur ses pages avec Schema envoie un signal de qualité aux moteurs de recherche, et favorise la description de ces entités que Google essaie de construire au fil de son passage. Le webmaster a l’opportunité d’influer directement sur la compréhension que le moteur cherchera à avoir de ses pages.

Pour résumer, il faut travailler la cohérence de sa présence en ligne que ce soit via le Link graph (PageRank), le social graph (médias sociaux) et le Knowledge graph (web entities). Les experts SEO qui réussiront à maximiser les points de contacts entre ces trois sphères d’optimisation seront les plus intéressants à suivre.

Je viens de publier une présentation toute nouvelle sur mon compte slideshare et au format PDF sur mon compte Scribd. Et puis, il y’a mon billet sur mon blog marketing qui fait un parallèle entre Google knowledge graph et le web sémantique.

Alors restez connectés bon référencement avec le Knowledge graph.

Le Score des lecteurs
[Total : 0    Moyenne : 0/5]
Nouveaux défis SEO Knowledge graph de Google was last modified: mars 2nd, 2015 by Mohammed ALAMI