3 août

Incidences référencement Google Plus SEO

Dans mon  blog marketing à Montréal, je viens de publier un post concernant l’utilisation de Google Plus à des fins Marketing en prenant soin d’envoyer les bons signaux sociaux à Google.
On peut trouver également dans les perspectives de Google plus un ensemble d’opportunités qui pourront booster le référencement SEO.Dans cette news, nous allons voir comment ces post partagés sur Google+ vont être exploités et comment ils affectent le référencement naturel  (Google Plus SEO). Pour commencer, ajoutez moi à vos cercles.

Les points à savoir concernant Google Plus SEO

Avant de rentrer dans le vif du sujet, nous allons passer en revue quelques informations qui ne sont pas forcément évidentes pour tout le monde en congés :

  1. Google ne se considère pas comme un concurrent de Facebook (du moins publiquement).
  2. Google + est actuellement disponible pour le téléchargement comme une application dans l’Android Market.
  3. Les utilisateurs peuvent poster des mises à jour, et ceux-ci apparaissent sur le profil Google sous un onglet « Messages ». Les onglets ‘+1′ et Buzz restent séparés.
  4. Les cercles vous permettent de partager des choses avec des gens différents (un peu comme des groupes Facebook), mais avec une interface utilisateur très différentes.
  5. Déclics est une autre fonctionnalité (Sparks). Cela rassemble les vidéos et les articles que Google Plus pense que vous aimerez
  6. Une bulle (Hangout) est un groupe de chat vidéo. Google l’a décrit comme «la réunion à l’improviste»
  7. Lorsque vous partagez quelque chose sur Google Plus elle est ajoutée à votre flux et sur celui de chacun avec qui vous l’avez partagé.
  8. Si vous mentionnez un utilisateur, en utilisant les symboles « + » ou « @ », la personne peut recevoir une notification que vous l’avez mentionnée.
  9. Vous pouvez filtrer les flux en milieux spécifiques, discuter directement dans le flux et  signaler un contenu inapproprié.
  10. Vous pouvez rechercher des personnes dans la zone de recherche située en haut de la page, et bientôt, Google dit que vous serez en mesure de rechercher le flux lui-même.
  11. Si vous laissez des commentaires sur un poste, vous pouvez les modifier ou les supprimer. Il en va de même pour les messages, mais vous ne pouvez pas modifier les paramètres de partage d’un poste après l’avoir partagé. Cependant, vous pouvez supprimer le poste et partager à nouveau avec des cercles différents.
  12. Vous pouvez « repartager » des messages envoyés par d’autres (comme les retweet).
  13. Vous pouvez «ignorer» un post. Cela vous permettra de ne plus recevoir les mises à jour à partir de celui-ci, dans le cas où la machine à commentaires s’emballe par exemple.
  14. Si vous avez activé plusieurs profils, vous pouvez vous connecter à 2 comptes Google différents et basculer entre eux via la barre Google Plus.
  15. Lorsque vous vous inscrivez à Google Plus, vous êtes également inscrit à Picasa Albums Web, donc toutes les photos et les vidéos téléchargées sur Google Plus (y compris à partir de votre téléphone via Instant Upload) seront également disponibles dans Picasa.
  16. Avec Google Plus, Google ajoute un  lien « Vous » dans la barre récemment redessinée (en noir) pour la navigation à travers les fonctionnalités Google
  17. Il y a déjà des problèmes de confidentialité de Google + mais un Guide de confidentialité a été publié par Google dans ce sens. Par exemple, Vous pouvez partager quelque chose au sein d’un « Cercle » fermé, mais quelqu’un d’autre de ce cercle peut alors repartager le post avec n’importe qui, et même le rendre public. (Comme rapporté sur l’article du Financial Times).
  18. Pour le moment, il n’y a pas de moyen d’importer les vidéos du compte Youtube dans le profil automatiquement. Cependant, dans le flux vous pouvez ajouter le lien vers la vidéo Youtube qui sera donc publiée comme un post.
  19. De la même manière, il n’y a pas pour le moment le moyen d’intégrer la liste de partage Google Reader au profile Google Plus mais un ticket est ouvert ici.
  20. Gmail devrait intégrer sous peu Google Plus selon le directeur de l’ingénierie de Gmail, Striebeck Mark. Google Buzz quant à lui deviendra obsolète.

Google Plus et la recherche temps réel

Les articles de Google Plus sont destinés selon toute vraisemblance à alimenter les résultats de recherche en temps réel qui est désactivée pour le moment étant donné que l’accord Google Twitter est arrivé à terme. Bill Slawski l’a déjà dit : les messages et les commentaires commenceront à apparaître dans les pages de résultats Google (SERPS).
Des témoignages ont rapporté l’apparition de ces post déjà, pas super classés ni parfaitement identifiables, mais le processus est commencé. Doit-on commencer à optimiser?  Peut-être que nous devrions, au moins à des fins de tests. Il est intéressant d’étudier pourquoi un post apparaît sue les SERPS et comment Google détermine son classement.
Bill Hartzer spécialiste du marketing de recherche a présenté dans son article comment indexer ses post par Google plus quelques éléments de réponse, mais cela reste trivial et nous ne disposons pas encore de suffisament de données pour tirer des conclusions. Toutefois, citons ses conseils qui font du sens :

  1. Mettre le post ouvert au public
  2. S’assurer d’avoir un contenu unique et original
  3. Ajouter suffisamment de contenu (un paragraphe ou 2 voir plus)
  4. Donner un aspect viral au post en le partageant avec le maximum d’influenceurs possible
  5. Commenter le post et s’arranger pour que les autres en fassent autant

Ci-dessous Bas van den Beld analyse un post à lui trouvé dans les résultats Google :

Post Google Plus dans les résultats Google

Il faut signaler qu’il s’agit d’un résultat personnalisé. En mode non connecté, il aurait eu la possibilité de le voir mais probablement classé moins haut. Ainsi, il en va avec des spéculations sur les facteurs qui auraient joué en faveur de ce post :
Contenu : La teneur est bien sûr très importante. Même si ce message n’est pas long, il semble évident qu’il doit y avoir assez de contenu dedans pour le rendre visible, et ce contenu doit être unique.
Commentaires : Dans ce cas, en effet la tournure utilisée  (une supposition, donc pas un) incite au dépôt de commentaires. Plus il y a des commentaires, plus d’engagement et plus d’attention sont accordés au post, le plus visible il va être aux yeux de Google.
Actions : Il en va de même pour les actions sur Google Plus. Plus les gens vont aimer le poste, plus important il sera.
Amis : Peut-être que le nombre d’amis une métrique importante (il me reste du chemin à faire), sinon du moins plus vous avez d’amis, plus de chances vous aurez de recevoir des commentaires et des partages par d’autres.
Le Titre n’a pas d’importance : en effet, Il dit seulement: «Message de Bas van den Beld – Google « . Le titre pourrait être mieux optimisé. Là encore, on y va à coup de supputations, si vous ne donnez pas de titre à Google Plus, peut-être va-t-il simplement chercher la première phrase, un peu comme fait Google Search pour les fichiers PDFs …
Honnêtement je ne pense pas prendre un gros risque avec ces affirmations qui ne m’appartiennent pas, il s’agit des notions de base pour le référencement social.

Les données qui peuvent changer le référencement SEO Google Plus

Dans le post publié à la suite de Google Dance du mois de Juin et Juillet, je m’interrogeais sur l’avenir du PageRank et établi un pont vers d’autres indicateurs comme Klout ou Peerindex. Les données et les interactions sociales (signaux sociaux) valent leur pesant d’or et pourrait aider à compenser cette idée du PageRank.
Ainsi Google Plus représente un potentiel de données précieuses pour Google et ses annonceurs (Adwords) : les données ainsi exposées vont changer les règles du jeu du point de vue référencement naturel (SEO).

Google a déposé un brevet début mai, expliquant pourquoi il pourrait commencer à montrer des réponses sociales dans les résultats de recherche. Le principe de base est que certains types de questions seront mieux résolus par des résultats du type bibliothèque, et d’autres par une approche de village à la recherche d’information. Dans un village, les gens diffusent des connaissances socialement, avec des informations transmises de personne à personne, et récupérer les informations consiste à trouver la bonne personne, au lieu du bon document. Voici comment une réponse sociale à une requête peut apparaître dans les résultats de recherche Google :

brevet Google Plus recherche temps réel

Voyons donc comment les différents aspects de  Google Plus pourraient facilement se transformer en précieuses données algorithmiques :
Cercles Google Plus: Ils peuvent être considérés comme un vote pour les personnes, comme les liens le sont pour les sites web. Cela permettra à Google de mieux comprendre l’influence au sein de son réseau.
Bouton Google +1 : fondamentalement la métrique la plus évidente, elle peut être utilisée pour avoir un aperçu sur l’autorité des mises à jour de statut, images, pages web, etc. Personnellement, je pense que qu’elle est manipulable à volonté comme le démontre cette nouvelle vague de sites de vente de Clics.
Déclics Google Plus : Google veut avoir des pistes de vérité sur nos profils. Déclics (Sparks)  qui signifie intérêts, donnera à Google une autre couche de ciblage. En connaissant nos intérêts, Google peut donc interpréter le poids de notre influence sur des sujets donnés.
Données de profil Google Plus : La page de profil comporte différentes possibilités permettant à Google de mieux nous connaître. Les particuliers ont la possibilité de dévoiler leur profession, emplois précédents, éducation, lieux vécu, dates d’anniversaire et sexe. On peut même ajouter les liens qu’on veut associer au profil (Quora, Facebook, Yahoo (accès à la liste de contacts), Flickr, LinkedIn,  Twitter, Yelp, Hotmail (accès à la liste de contacts), Plaxo. Autant de facteurs utiles permettant une meilleure interprétation  par un algorithme.
Bulles Google Plus (Hangouts) : il s’agit des chats vocaux et vidéo. D’autres sociétés dans l’industrie vidéo faisant partie du groupe Google ont même la possibilité de transcrire les conversations. Google pourrait éventuellement «écouter» et interpréter nos chats vidéo pour en tirer des données supplémentaires pour « mieux nous connaitre »
Les données de localisation : Google Plus est fortement intégré au Mobile. Le réglage de localisation GPS est un élément important et un facteur clé. Cela permet à Google de mieux cibler les utilisateurs en fonction de leur emplacement géographique. Les annonceurs seront certainement les plus ravis de cette option. Par ailleurs, ces données permettent de déterminer la pertinence pour des requêtes géographiques.
Photos : Grâceà la reconnaissance faciale,  Google pourra  mieux comprendre qui sont nos connexions réelles et pourra donc mesurer notre autorité via la proximité des influenceurs.

Combinaison de tous ces facteurs dans le changement des règles SEO
Nous avions vu dans une news précédente concernant l’attribut auteur , comment Google lie le contenu à son créateur. Avec cette option, Google peut mieux ajuster son algorithme à un point jusqu’alors impossible.
Avec Google Plus, Google peut enfin percer le domaine de l’influence recherché depuis que Facebook exerce sur le moteur  une pression énorme pour plusieurs années. Avec un taux de pénétration minimal genre 5% aux USA, et avec son audience plus portée sur la technologie comme rapporté par Danny Sullivan, Google remportera une victoire certaine.

Voici un scénario possible après l’adoption de Google Plus : Un utilisateur Lambda fait des recherches et dispose d’un compte Google Plus. Alors que Lambda fait ses recherches, son activité à l’intérieur de Google plus  aide les  algorithmes à comprendre qu’il a des affinités envers la technologie, la mode, le sport et les activités de plein air.
Lorsque Lambda cherche où sortir à Montréal, il sera servi avec des résultats qui seront conditionnés par les activités ludiques, événements extérieurs… De la même manière que la recherche personnalisée mais cette fois-ci Google dispose de beaucoup plus d’informations pertinentes. Google est en mesure d’offrir ces résultats basés sur des données qu’il a sur lui et les autres utilisateurs auxquels il est connecté. Les sites qui jadis n’avaient aucune chance d’être listés dans le top 10, sont maintenant bien classés au regard des données de Google Plus. Un site d’activités de sports en plein air qui n’a pas une bonne côte en Netlinking, mais qui a une solide base de fans sur différents réseaux sociaux, peut se lancer dans les mises à jour de statut largement discutées et partagées, et aura une grande chance de voir une augmentation de son potentiel de trafic qualifié.

Le référencement organique et les réseaux sociaux forment une boucle désormais et les moyens mis à disposition que ce soit via les Tags RDFa, microformats ou la nouvelle norme Schema.org permettent de rendre ce processus cohérent et ordonné. Si jusque-là, les méthodes de référencement social étaient plus ou moins heuristiques, avec Google Plus elles sont scientifiques et obéissent à des règles transposées à partir du Page Rank. Il nous manquera toutefois l’indice d’influence Google et une transparence pour voir les sujets abordés comme à la Klout ou Peerindex. Gageons que Google jouera franc jeu devant la concurrence.

Le Score des lecteurs
[Total : 0    Moyenne : 0/5]
Incidences référencement Google Plus SEO was last modified: septembre 19th, 2014 by Mohammed ALAMI